jeudi 25 août 2016

Rando Pyrénées - Les cirques d'Estaubé et de Troumouse

Nous ne pouvions pas séjourner dans les Pyrénées sans aller faire un tour dans l'un des fameux cirques naturels de la région, vestiges de l'ère glaciaire. Le plus célèbre et le plus grand, est évidemment celui de Gavarnie, mais c'est aussi le plus fréquenté. On s'est décidés pas très tôt, il y avait une bonne heure de route à faire, bref, c'est donc celui d'Estaubé que nous sommes allés admirer. Et on n'a pas été déçus !!


Ce devait être une journée cool, pas de trop de marche, parce qu'on avait fait déjà une bonne rando la veille. Le fait est qu'en effet, la promenade au cirque d'Estaubé est très accessible (du moins au début). Elle démarre au barrage des Gloriettes à 1660 m, le plus difficile étant de trouver une place pour garer la voiture. Un conseil : arrivez le matin ou en fin d'après-midi. Le début de la promenade longe le lac des Gloriettes avant d'entrer dans le parc national en suivant le gave.

Lac des Gloriettes
Chemin, tout plat !!
Ah ces rivières montagnardes, on ne s'en lasse pas !

Les eaux sont si transparentes.
Le fait est que c'est une promenade très familiale. On y vient avec parasol et matériel à pique-nique sans problème, j'ai eu du mal à faire des photos sans trop de monde. On arrive donc assez vite au niveau de la cabane d'Estaubé et sa magnifique plaine.

Plaine de la cabane et au fond le cirque.
La plupart des gens s'arrêtent là, mais il faut absolument continuer. Déjà parce qu'il y a beaucoup moins de monde, mais aussi parce que c'est là que se trouvent des super spots à marmottes !! On les voit jouer et évoluer dans les prairies herbeuses qui nous ont rappelés celles qu'on avait vu dans le golf de Tignes il y a de nombreuses années !!

Toi, on t'a vue !!
Et zouh, ça se carapate !


Nous ne sommes pas allés jusqu'au fond du fond du cirque, en fait, on s'est arrêtés après le premier gros raidillon (j'ai dit, c'était journée cool) vers 1770 m. Mais on a quand même eu une vue superbe sur le fond du cirque.

Panoramique du cirque d'Estaubé.
 Retour par le même chemin ou presque. Re-coucou aux marmottes en passant !

D'abord on se méfie...

Puis, on surveille...
Et enfin, on se cache !!!
Mais heureusement, les bébés sont toujours un peu inconscient et vivent leur petite vie à quelques mètres des randonneurs, qui souvent, ne les voient pas !!


Le retour au parking s'est fait par l'autre chemin qui contourne le lac des Gloriettes. Lui, est plus difficile que celui de l'aller, à éviter donc si on veut une promenade vraiment facile.

Une fois qu'on était là, on s'est dit qu'on allait pousser jusqu'au cirque Troumouse qui est lui accessible en voiture. L'accès à la zone pastorale est payante en journée (5€), mais à 17h30 quand on est passés, il n'y avait plus personne dans la cahute. La première à nous accueillir a été..

Une miss marmotte, au bord de la route !
Regardez sa belle patoune !
La route traverse de beaux pâturages vallonnés. On la partage, comme toujours dans les zones pastorales, avec des vaches, des moutons, des chevaux, des chèvres... Bref, on s'est cru de retour en Irlande où les animaux sont toujours souvent au milieu de la route. Et cette route vous mène directement là :



Il y a de nombreuses promenades aussi pour atteindre le fond du cirque. Mais il était presque 19h00, nous avons juste profité de l'endroit pour nous tout seuls (ou presque) et de sa belle lumière du soleil déclinant avant de rentrer dans notre gîte du Val d'Azun.





vendredi 19 août 2016

Val d'Azun - Rando Pyrénées - Les lacs de Liantran

La randonnée jusqu'aux lacs de Liantran via le Plaa de Prat est une des plus sympa que nous ayons faites pendant notre séjour dans les Pyrénées. D'abord parce que, encore une fois, les paysages sont vraiment magnifiques, mais aussi, parce que nous y avons vu plein de marmottes ! Et ça c'est important !! Ça nous permet de faire des pauses en chemin pour les observer dans leur petite vie et nous, on aime bien ça.



Cette randonnée démarre beaucoup plus bas que celle de celle du Larribet, puisqu'on part des rives du joli lac d'Estaing à 1167 m (accessible en voiture, il y a même une ère de camping). Le début est vraiment très facile et bucolique, des fleurs de montagne partout, des papillons, le soleil qui commence à pointer son nez...



Arrive alors la montée dans la forêt... Sincèrement, cette forêt est superbe, des hêtres plein de mousse partout mais purée, ça grimpe dur !! Il y fait sombre et frais, mais on a du mal à savoir où cela va nous mener... Sans parler de la buée sur mes lunettes... Ah, j'ai vraiment eu du mal, il y a bien 150 m de dénivelé, mais bon, c'est le début de la rando, si j'abandonne là, c'est quand même dommage. Donc, pas après pas, j'arrive au bout de cette fichue forêt. Et là...

Ouh, ça a l'air chouette !!
Ça n'en a pas que l'air, c'est super chouette même !

Des champs de rochers dans cette vallée verdoyante ! La grisaille du fond de la vallée a disparu et c'est tempête de ciel bleu au dessus de nos tête. Et pour ne rien gâcher, le sentier est presque plat. En plus, on est partis plutôt tôt, on a presque la vallée pour nous tout seuls. Et puis au détour d'un rocher, qu'est-ce qu'on voit à quelques mètres de nous qui se chauffe au soleil ?


Une marmotte !!
Elle est belle non, encore humide de la rosée du matin ?

Mais en fait, elle n'est pas toute seule ! Je vous présente, papa et maman marmotte...
Et juste après, il y a bébé marmotte qui s'invite.
Nous sommes donc tombés sur une famille de marmottes, les parents et les 2 petits. Trop mimi. Au départ, ils ont eu un peu peur de nous, maman est partie avec les petits pendant que papa est resté nous surveiller. On n'a pas bougé, on a attendu un peu et les petits ont fini par ressortir tranquillement pour boulotter dans l'herbe. On le reverra par la suite, les bébés marmottes sont souvent un peu inconscients. Mais laissons là notre famille, on a le reverra au retour.
En chemin, on laisse de lac de Langle (et ses marmottes, parce que là aussi, y en avait), pour arriver au lac du Plaa de Prat à 1665 m d'altitude.

Panoramique, cliquez dessus pour voir en grand.

L'endroit est très agréable pour déjeuner, ce que nous faisons. L'eau du lac est limpide, ça donnerait presque envie d'y mettre les pieds. Mais allez, on va essayer de monter aux lacs de Liantran, un peu plus haut. encore une fois, "c'est plus très loin", "c'est le dernier raidillon"... Bref, vous voyez le topo et zouh (enfin, ça m'a bien pris 1h encore), on finit à 1820 m !! Mais alors là, ça valait le coup car le paysage est vraiment sublime et pour le coup, on est vraiment tout seuls.

Les eaux vives qui jalonnent tous nos parcours pyrénéens.
Panoramique depuis les ruines d'enclos pastoraux du Liantran.


Mais ils sont où les lacs ??
C'est amusant parce qu'arrivés là-haut, ben on n'a pas trouvé de lacs. En fait, on s'est un peu perdus dans les vieilles ruines et on a réussi à passer par le seul endroit où il n'y avait pas d'eau !! En fait, ils étaient bien là, il y a en a bien plusieurs, mais l'accès au travers des champs de cailloux n'était évident et le sentier inexistant.

Une eau limpide...
 Ce coup-ci, on a mis les pieds dedans !

Glagla, c'était ultra froid !! Genre 7-8°C quoi, après une marche intensive. Ben c'est froid.
On a cherché des isards... Mais on n'en a pas trouvé.




Après un bon moment à buller au bord de l'eau (et en plein soleil), nous avons entrepris la redescente par le même chemin. On s'est arrêtés pour observer les marmottes du lac de Langle. Bien nous en a pris, elles n'ont pas été farouches. elles ont fait leurs stars tout en nous ignorant superbement.

Elle est pas belle la poulette ?

Ça a l'air sage comme ça.

Mais ça se chicane aussi.
Oui, elles se portent plutôt bien les pépettes ! ;-) Puis, un peu plus loin, on a retrouvé notre petite famille au grand complet.

Papa (ou maman ?) qui surveille.
Les marmottons folâtrant dans l'herbe.
Je me suis approchée tout doucement...

Ah là, je suis surveillée...
Mouais.... Faut y aller tout doucement.

Ah bah, je suis même doublement surveillée... Coucou marmotton !
Je suis arrivée vraiment très près de la marmotte surveillante... Tellement près, qu'elle a finit par me crier dessus. Et là, tout le monde s'est carapaté, moi y compris !! C'est que ça siffle ultra fort une marmotte. 
C'était le moment de laisser en paix notre petite famille poilue pour rentrer à la maison.
En tous, entre la marche et les pauses déjeuner/marmottes/pieds-dans-l'eau, notre promenade a duré 8h30. Si on met de côté la grimpette dans la forêt, le reste était faisable, même la fin en y allant doucement. C'était vraiment super chouette.